CARACTÉRISTIQUES DES EMI

Pour bien différencier une Expérience de Mort Imminente (EMI) d’un simple rêve ou d’une hallucination, il est impératif de connaître les différentes caractéristiques d’une EMI. Le premier scientifique à avoir établi une classification est le célèbre médecin Raymond Moody, considéré comme « le père fondateur et le précurseur des études sur les EMI »[1], qui a relevé en 1975 douze caractéristiques communes à la plupart des EMI. Globalement, les EMI se ressemblent mais l’interprétation qu’on en fait peut légèrement diverger, essentiellement pour des motifs culturels ou religieux. Chaque caractéristique est illustrée ci-dessous par un extrait du témoignage de l’EMI de Sandra Böegly[2].

Les douze caractéristiques du Dr Moody sont les suivantes : 

1. Incommunicabilité : la plupart des expérienceurs relèvent qu’il est très difficile de mettre des mots sur leur EMI pour deux raisons principales : l’intensité émotionnelle liée à ce phénomène exceptionnel d’une part et la nature de l’expérience d’autre part. Le sujet a de la difficulté à nommer et à identifier précisément des perceptions qu’il n’a jamais ressenties auparavant. 

« La NDE[3] est souvent difficile à commenter tellement les mots sont peu appropriés pour décrire cet univers. »

2.  Sensation de paix et de bonheur : la douleur ou les sensations précédant la mort laissent place à une sensation de paix intérieure et de bonheur absolu. 

« Je me sens si bien, …. Quelle légèreté, si joyeuse, libre. »

3. Conscience d’être mort(e) : les expérienceurs acceptent totalement le fait d’être mort. La sensation de paix et d’amour présente à ce moment-là est tellement forte qu’il leur est inconcevable de revenir dans le monde terrestre. 

« Je me considère comme morte. Je ne comprends pas... Je ne suis pas morte ? … Je me tourne vers mon frère [pendant son EMI, Sandra a rencontré son frère, décédé une année auparavant] … "- Tu peux ne pas rester, tu peux encore retourner dans la matière". … Je m'insurge. Non ! Je ne veux pas retourner là-bas ! C'est évident ! Je veux rester ! »

4. Décorporation[4] : l’expérienceur sort de son corps, flotte au-dessus de lui et peut également se déplacer où il le souhaite. Sa vision n’est plus frontale ; il peut voir à 360 degrés. Au réveil, il arrive que le patient raconte avoir vu sa réanimation, entendu des discussions entre les médecins, ou même assisté à une situation qui se déroulait à plusieurs kilomètres (visions à distance). 

« J'observe mon corps adossé contre le mur. Je suis à 80 centimètres du sol, face à lui. Je suis très étonnée de me retrouver là ! Quand suis-je sortie de mon corps ? Je virevolte dans la pièce dans un nouveau corps, plus éthéré. Je peux observer mon compagnon complètement affolé au-dessus de mon corps physique, rejoint très vite par l'infirmière prise par un sentiment d'urgence. Je ressens leur stress, j'entends leurs pensées et explore leurs interrogations respectives. … Et c'est tout à mon aise que je vais observer ce qu'il se passe ensuite. Ils allongent mon corps en lui relevant les jambes afin que le sang remonte au cerveau. Je ressens leur attente pressante, une réaction de ce corps. »

5. Obscurité et tunnel : la traversée d’un tunnel vers une lumière est souvent mentionnée dans les témoignages[5]. L’obscurité du tunnel peut parfois paraître effrayante (c’est le cas dans les expériences de mort imminente négatives[6]), mais la plupart du temps la lumière est tellement attirante que les expérienceurs sont très vite happés par celle-là. 

« Je suis tirée par la nuque à une vitesse prodigieuse. Je me sens partir très très loin jusqu'à arriver dans un espace lumineux blanc, tellement brillant sans être aveuglant. »

6. Vision et sensation d’un environnement merveilleux, vivant : l’environnement est souvent décrit comme étant vivant, lumineux, énergétique. Il n’est pas rare que les témoignages d’EMI fassent mention de particules qui animeraient chaque être. Les expérienceurs témoignent souvent d’une sensation d’extra-lucidité et du sentiment de ne faire qu’un avec le monde. 

« Mécaniquement, j'observe mon corps pour voir s'il n'a pas subi de dégradations suite à ce voyage. Là, je découvre un corps incroyablement lumineux composé de milliard de particules. … Je regarde ma main. Une main constituée d'énergie, comme le reste. Je peux voir chaque particule qui la compose. … Je peux voir, demander tout ce que je veux. Je peux savoir en un instant tout sur tout. Je suis le tout. J'ai accès à la connaissance infinie ! Je m'interroge… j'ai la réponse. C'est extraordinaire ! Vibrant. Je suis l'énergie, je ne fais qu'une avec elle tout en manifestant ma propre volonté. Je me déplace à la vitesse de la pensée. Quel soulagement ! Finies les perpétuelles interrogations et quêtes sans fin. Une lumière magnifique, intelligente et vibrante infuse à travers moi et m'enseigne à une vitesse phénoménale. Je suis à un niveau vibratoire très élevé. Tout va très vite, c'est l’hyper-vie. Je suis si vivante. »

7. Rencontre et discussion (par télépathie) avec des proches décédés : il arrive que l’expérienceur rencontre un proche décédé et communique avec lui. En général, ce dernier va accompagner l’expérienceur pendant son EMI et le convaincre de retourner dans le monde terrestre. Souvent, ces proches n’ont pas la même apparence qu’au moment de leur mort : ils sont plus jeunes, en meilleure santé ou dans une plus belle période de leur vie. 

Sandra Böegly a rencontré son frère, décédé une année auparavant : « J'ai ressenti sur le côté gauche une présence qui a attiré mon attention. … Un visage jeune, sans aucun défaut laissé par le temps, baigné d'un amour insondable qui me contemplait et me souriait. J'étais stupéfaite. Je reconnaissais parfaitement le visage de mon jeune frère décédé un an plus tôt. » 


8. Revue de vie : le sujet va être généralement amené à voir des images ou des séquences des différentes périodes de sa vie : ses bons et mauvais choix, ses réussites et ses défaites, ses actions et leurs conséquences … Il va ainsi pouvoir revivre certains moments de sa vie et avoir un aperçu global de ce qu’il a pu construire. 

« Quelle surprise de voir un grand écran suspendu se dérouler devant mes yeux. … Je vois mon enfance, ma communication intime avec la forêt, ma façon d'être avec les autres. Ce que mon comportement a induit en termes de plaisir mais aussi de souffrance. Je ressens ce que j'ai imprimé chez eux. J'en suis tellement navrée. … Je vois mes choix. Le pourquoi de ceux-ci. L’être de lumière me montre que mon premier choix professionnel ne correspond pas du tout avec ce que je suis profondément. Que je ne suis pas alignée avec ces choix. Et j'en comprends effectivement toutes les illusions. »


9. Perception et vision d’un être de lumière : l’être de lumière est souvent décrit comme étant infiniment bon, source d’amour et de bienveillance. Il communique avec l’expérienceur par télépathie et le guide tout au long de son EMI. 

« Je suis attirée sur le côté droit par une présence. … Je suis un peu perplexe au début car je ne vois pas précisément son visage. Mais je sens à son rayonnement sur moi qu'il s'agit d'un être d'une pureté incomparable et jamais rencontrée. … Cette présence commence à communiquer avec moi. En cherchant son visage, des traits apparaissent, se précisent.  Serein, doux, apaisant. Une communication s'est engagée, plus puissante de cœur à cœur. Nos énergies communiquent. C'est la même.… Toujours sous son regard bienveillant, rechargée par induction d'Amour pur, l'être m'accompagne dans ma revue de vie. »

10. Intuition de l’avenir : l’expérienceur peut voir certains éléments du futur. Sandra Boëgly n’en fait pas mention dans son témoignage, mais cette caractéristique se retrouve dans le témoignage de Frédéric Médina, qui a vécu une EMI en 2009[7] : pendant sa revue de vie, il voit les conséquences de sa mort sur ses enfants et également ce qui va se passer s’il décide de revenir à la vie. Ces deux visions le convainquent de choisir la vie, pour mener une existence meilleure.

11. Frontière à ne pas dépasser : la plupart du temps, l’expérienceur a conscience d’une limite à ne pas franchir s’il souhaite revenir sur terre. Dans le cas de Sandra, c’est son frère qui la convainc de ne pas franchir cette frontière : 

« Mon frère m'invite à regarder l'écran. J'y découvre un enfant, un garçon de quelques années seulement, gambader.… Il m'explique que ce petit garçon a besoin de moi pour grandir. Je ne comprends toujours pas.... Il poursuit télépathiquement.... Tu dois regagner ta place à ses côtés. Que c'est important pour lui. Qu'il s'agit de mon fils Pierre. Si je ne saisis pas encore clairement qui est cet enfant, je sens quelque chose réintégrer ma conscience. Un lien très fort entre cet enfant et moi. Même si je ne le reconnais pas, mon cœur sait qui est cet enfant devant mes yeux... La présence continue et me montre sur l'écran un petit berceau en plastique. …  Je vois le visage d'un bébé. L'être m'explique que j'ai une petite fille. Que je viens de la mettre au monde. Là encore, un lien constitué du même amour va se réapproprier mon cœur. Je vais sentir cette connexion avec ces deux enfants réintégrer ma conscience. A ce stade, je reconnais donc mon fils, je reconnais ma fille. Et là évidemment en une fraction de seconde, j'exprime mon vif besoin de retourner auprès d'eux. »

12. Retour dans le corps physique : le retour est souvent accompagné de douleurs physiques et d’une immense déception, car les capacités auditives, visuelles, sensorielles présentes pendant l’EMI sont soudainement réduites.

« Je sens que je commence à changer d'état de conscience. Je me sens réintégrer quelque chose de plus dur. C'est mon corps. Je m'aperçois à quel point il me faut faire des efforts pour retourner dedans tellement il me semble petit, petit, petit. Lorsque je me réveille je m'aperçois que je suis dépossédée de ma vision à 360°. Je me sens comme une momie, vissée, coincée dans un corps beaucoup trop petit pour moi. Ma conscience est trop grande pour supporter ces nouvelles restrictions physiques. »   

Quelques éléments supplémentaires…

Pendant l’expérience, toute notion de temps et d’espace disparaît. Les expérienceurs pensent souvent qu’ils sont restés en état de mort beaucoup plus longtemps qu’en réalité :  

« Je pensais y avoir vécu une longue journée. J'apprends que je me suis échappée de ce corps quelques minutes seulement. »

Beaucoup d’expérienceurs développent des dons à la suite de leur EMI, comme par exemple la clairvoyance, la médiumnité, les possibilités télépathiques ou encore les visions à distance. Ces dons, souvent très difficiles à gérer au début, se manifestent de manière incontrôlée et peuvent perturber l’expérienceur. L’acquisition de ces nouvelles capacités, difficilement explicable, est développée dans le livre La conscience intuitive extraneuronale [8] du Dr Jean-Jacques Charbonier. 

A son réveil, Sandra s’est très vite rendue compte des capacités qu’elle avait développées : « Et sur ma droite, un homme penché sur moi que je ne reconnais absolument pas et qui me fait une très mauvaise impression. À ce stade, j'ai la capacité d'observer l'intérieur de chaque humain, d'en peser le potentiel positif et le potentiel négatif. Je m'aperçois aussi que ma vue est différente. Les plantes dégagent un rayonnement énergétique que je peux parfaitement voir. Je découvre des couleurs très vives. Je suis passée d'un monde en noir et blanc à un monde multicolore. J'ai développé d'autres sens. … La claire audience, la clairvoyance, la vision à distance. Toujours surprise à chaque fois lorsqu'un nouveau sens se manifeste. »


Paragraphe inspiré de VAN LOMMEL, Pim. Mort ou pas ?, Paris : InterEditions, 2015, p. 24-28 et de LALLIER, François. Le mystère des expériences de mort imminente, Paris : Leduc.s Editions, 2018, p. 70-73.

[1] LAABI, Tayeb. « Dr. Raymond Moody : "En 1991, j'ai failli mourir d'une condition thyroïdienne sévère » In Mediapart, 2018. Consulté le 2 janvier 2020. <https://blogs.mediapart.fr/tayeb-laabi/blog/170618/drraymond-moody-en-1991-jai-failli-mourir-dune-condition-thyroidienne-severe>

[2] Vous pouvez retrouver son témoignage en intégralité dans la rubrique Plus.

[3] NDE : Near-Death Experience, terme anglophone désignant une EMI.

[4] Voir la définition dans la rubrique Qu’est-ce qu’une EMI ?, chapitre « Quelques notions ».

[5] KLOTZ, Julie. « Les expériences de mort imminente – Visions divines aux portes de la mort ? ». In Le monde des religions, n° 94, mars-avril 2019, p. 33.

[6] Voir la définition dans la rubrique Qu’est-ce qu’une EMI ?, chapitre « Quelques notions »

[7] TISTRYA. « L’expérience de mort imminente de Frédéric Médina » [Ajoutée le 2/12/18] 18'15. In YouTube. Consulté le 20 août 2019. <https://www.youtube.com/watch?v=5_qNH28f9sU

[8] Pour le Dr Charbonier, l’EMI permet un changement d’état de conscience.  Lorsque nous sommes en vie, notre conscience se situe dans le cerveau. Au moment de notre mort, et donc au moment de l’EMI, elle se délocalise. Cette nouvelle forme de conscience libre de toute contrainte est appelée la Conscience Intuitive Extraneuronale (CIE) et donne accès à des capacités extra-sensorielles : vision à distance, communications par télépathie, déplacement dans l’espace… Lorsque l’expérienceur revient à la vie, il va être capable de reproduire et développer les performances extra-sensorielles qui lui ont été données pendant l’expérience.  

CHARBONIER, Jean-Jacques. La conscience intuitive extraneuronale, Paris : Guy Trédaniel, 2017 

FORUM EUROPEEN DE BIOETHIQUE. Expériences de morts imminentes. Jean-Jacques Charbonier au Forum Européen de Bioéthique [Ajoutée le 03/02/14] 19'30. In YouTube. Consulté le 22 septembre 2019. < https://www.youtube.com/watch?v=8JqiMypcJZk>